Actualités

L'administrateur de Sanima prend sa retraite

Après 33 ans au service de l'Etat à la tête de l'Etablissement d'assurance des animaux de rente Sanima, Hubert Jungo a demandé à bénéficier d'une retraite anticipée au 31 juillet 2017, à l'âge de 64 ans. Son poste est au concours jusqu'au 6 février 2017.

L'administrateur de l'Etablissement d'assurance des animaux de rente Sanima, Hubert Jungo
a fait valoir son droit à une retraite anticipée pour la fin juillet 2017, à l'âge de 64 ans. La Direction des institutions, de l'agriculture et des forêts (DIAF) remercie Hubert Jungo pour son engagement sans faille en faveur des détenteurs d'animaux assurés et des producteurs de bétail.

Docteur en économie, Hubert Jungo a commencé sa carrière en 1984 en qualité de chef de service de l'Office vétérinaire cantonal (responsable administratif de l'Office), d'administrateur des Caisses d'assurance du bétail et, dès 1985, de gérant de la Coopérative fribourgeoise pour l'écoulement du bétail.

Dès son entrée en fonction, les défis se sont succédé. Ainsi au cours de la 1ère année de fonction,
il a dû gérer l'élimination de quelque 1500 bovins de plus de 100 exploitations différentes touchés par l'épizootie dite IBR/IPV. L'année suivante, les Caisses d'assurance de bétail dont il était administrateur ont obtenu le statut d'établissement public. Pour la première fois depuis sa création en 1808, les caisses d'assurance pouvaient dorénavant compter sur une participation financière de l'Etat directement liée aux dépenses effectives des frais de lutte contre les épizooties et des indemnités pour pertes d'animaux assumées par l'établissement. Ce financement dual (primes - Etat) a permis de constituer les fonds de réserve nécessaires pour faire face à la lutte contre d'autres épizooties telles que l'encéphalopathie spongiforme des bovins (ESB), les pneumonies porcines (PE/APP), la diarrhée virale bovine (BVD), la tuberculose bovine ou encore la grippe aviaire. En 2003, la révision complète de la loi sur l'assurance du bétail a étendu son champ d'application à la volaille et aux poissons de pisciculture. L'Etablissement d'assurance des animaux de rente a pris alors le nom de Sanima et Hubert Jungo a cédé la responsabilité administrative du Service vétérinaire.

Dès 1997 et la nouvelle législation fédérale sur l'élimination des déchets animaux, Hubert Jungo a œuvré à la mise en place et à l'exploitation d'un réseau cantonal efficace de centres collecteursde cadavres d'animaux par l'adaptation de certains centres et la constructions de trois nouveaux, à Guin (2008), à Châtillon / Posieux (2010) et La Joux (2014).

Gérant de la Coopérative fribourgeoise pour l'écoulement du bétail, Hubert Jungo a vendu, depuis 1985, par voie de mise publique, pas moins de 260'000 bovins sur les marchés de bétail. Introduits pendant la Seconde Guerre mondiale afin de surveiller le marché du bétail, ces marchés publics ont été repris par la Coopérative fribourgeoise d'écoulement du bétail qui organise, sur mandat de l'Etat depuis les années 1960, les différentes campagnes d'élimination du bétail visant à améliorer l'élevage. Ces marchés ont joué un rôle primordial durant les deux crises dites " de la vache folle ". Grâce notamment à la garantie de prise en charge, ils ont en effet été un filet de sécurité pour les producteurs de bétail qui ont vécu durant ces crises des périodes particulièrement difficiles. Dans cet esprit, Hubert Jungo a toujours défendu la transparence et la concurrence sur les marchés publics du bétail de boucherie afin de garantir aux producteurs de bétail la meilleure plus-value possible.

Avec pertinence et modestie, Hubert Jungo a œuvré pendant toutes ces années au service de l'Etat en faveur de l'agriculture fribourgeoise en veillant au maintien et à l'amélioration d'un système d'assurance solide contre le risque des épizooties et à un écoulement du bétail efficace sur les marchés publics.

Le poste d'administrateur de l'Etablissement d'assurance des animaux de rente Sanima est mis au concours jusqu'au 6 février 2017.