L’orientation sexuelle fait référence aux préférences sexuelles, à l’attirance que l’on éprouve pour une personne en particulier. Si la plupart des personnes sont hétérosexuelles (attirance pour des personnes du sexe opposé), il existe d’autres formes d’orientation sexuelle, comme l’homosexualité (attirance pour le même sexe que soi), la bisexualité (attirance pour les deux sexes) et l’asexualité (ne pas éprouver d’attirance pour l’autre).

L’homosexualité (ou bisexualité, asexualité) ne se choisit pas, n’est pas une maladie et ne se transmet pas. Ce n’est ni une faute ni un délit. Il s’agit simplement d’une autre préférence sexuelle, différente de celle de la majorité de la population. En matière de sexualité, cette diversité existe depuis toujours dans l’histoire humaine. Des comportements homosexuels ou bisexuels existent aussi dans le règne animal.  

L’orientation sexuelle n’a rien à voir avec le fait de se sentir homme ou femme (identité de genre). Ni le choix d’un métier, ni le fait de jouer à des jeux « féminins » ou « masculins » pour les enfants ne prédestine l’orientation sexuelle. De même, l’apparence extérieure (look, démarche, gestes, etc.) ne sont pas des indices d’orientation sexuelle.

À l’adolescence

L’orientation sexuelle se consolide avec la maturité sexuelle. Cependant, l’adolescence peut être une phase d’expérimentation, sans que l’orientation sexuelle soit pour autant figée. Pour certaines personnes par contre, l’attirance est déjà très claire à cette période. Les normes sociales poussent à essayer de se conformer à l’hétérosexualité, avec, bien souvent, une souffrance vécue. Cela peut être un passage très difficile pour les jeunes concernés, qui sont particulièrement à risque en matière de dépression ou de tentative de suicide.

Besoin de soutien

En tant que parents, supposer ou découvrir que l’orientation sexuelle de son enfant est différente de la « norme » peut être source d’inconfort, de questionnements importants, voire même d’angoisse ou d’incompréhension. Il existe de nombreuses associations d’aide et de soutien, ainsi que des brochures destinées aux familles.

De leur côté, les jeunes concernés redoutent par-dessus tout le rejet et l’incompréhension de leurs parents. Dialogue et communication sont des clés dans l’étape du coming out (le fait d’annoncer son orientation sexuelle différente). Le jeune a besoin de sentir que sa valeur personnelle et l’amour que lui portent ses parents priment.

Demander un soutien professionnel peut vous aider à favoriser la communication. Le Centre fribourgeois de santé sexuelle se tient à votre disposition.


 

Actualités liées