A l’instar du Conseil fédéral, le Conseil d’Etat vise la neutralité en termes de bilan carbone en 2050

11 Décembre 2019 -13h49

Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% d’ici 2030 et parvenir à la neutralité en terme de bilan carbone d’ici 2050 : ce sont les objectifs que le Conseil d’Etat a défini pour orienter sa politique climatique. La thématique a été au centre de sa retraite d’automne, qui lui a permis de se positionner sur les enjeux climatiques. Le gouvernement veut accélérer la transition du canton vers une société neutre en carbone. Il se rallie aux objectifs de la Confédération et veut œuvrer au respect de l’Accord de Paris.

Résolution sur le Climat
Résolution sur le Climat © Tous droits réservés

Le réchauffement climatique est une réalité. La Suisse et le canton de Fribourg sont bien sûr concernés. Leur localisation à l’intérieur du continent européen a un impact particulier: la température s’est élevée de 2°C depuis les 150 dernières années. Les différents défis qu’il faudra relever sont prévisibles (étés plus chauds, élévation de la limite des chutes de neige, augmentation du risque de crues, modification des milieux naturels). Les impacts de ces changements touchent à de nombreux domaines, comme la santé, le tourisme, l’agriculture, la faune et la flore, l’économie, etc

L’Etat de Fribourg comprend parfaitement les préoccupations exprimées par la population, en particulier dans le cadre des manifestations en lien avec la grève du climat. Le Conseil d’Etat souligne que les questions climatiques sont un des enjeux principaux de son plan de législature. La stratégie de développement durable, lancée en 2011, comprend d’ores et déjà des éléments visant à réduire les émissions de CO2, dans le cadre de son volet climatique, qui constitue un de ses 17 domaines d’action. Le Plan Climat, dont l’élaboration a été lancée en mai 2018, pourra être déployé en 2021. Parallèlement, un certain nombre de mesures en faveur du climat ont déjà été prises dans les domaines du développement durable, de l’énergie, de la mobilité, de l’agriculture ou encore de la construction, et différentes politiques sectorielles contribuent indirectement à la réduction des émissions de CO2.

Le Conseil d’Etat a consacré sa retraite d’automne à cette thématique. Il a décidé d’accélérer la transition du canton vers une société neutre en carbone et de s’adapter aux changements climatiques. Dans cette optique, il a défini deux objectifs sur lesquels baser sa politique climatique :

  • Assurer les capacités d’adaptation du territoire aux changements climatiques ;
  • Sortir de la dépendance aux énergies fossiles et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% d’ici à 2030. A l’horizon 2050, le canton de Fribourg veut être neutre en terme de bilan carbone ; il se rallie ainsi aux objectifs de la Confédération.

Le Conseil d’Etat veut œuvrer au respect de l’Accord de Paris signé et ratifié par la Suisse le 6 octobre 2017.

Pour parvenir à remplir ces objectifs, un certain nombre de mesures, qui touchent l’ensemble des Directions de l’Etat de Fribourg, sont déjà en place ou sont en projet, pour les volets adaptation et atténuation du futur Plan Climat :

  • Education au développement durable pour les élèves de l’école obligatoire et pour les enseignant-e-s lors de leur formation initiale et de leur formation continue ;
  • Elaborer un plan climat permettant d’atteindre les objectifs fixés par le Conseil d’Etat ; prioriser une mobilité durable en renforçant les parts modales des transports publics (infrastructures + offre) et de la mobilité douce (infrastructures), dans l’intérêt de la fluidité de l’ensemble des modes de transport et ainsi de toutes les régions du canton ; renforcer l’électromobilité individuelle notamment par le soutien à la constitution d’un réseau de bornes de recharge ; mise en place de plans de mesures pour la protection de l’air ; accélérer la transformation énergétique du parc immobilier de l’Etat ; renforcer la protection contre les dangers naturels, etc ;
  • Promouvoir de nouvelles techniques culturales (couverture des sols, désherbage mécanique, production économe en eau..) ; jouer un rôle d’exemplarité au travers des infrastructures du Campus Grangeneuve (recherche, formation et conseils aux agriculteurs) ; sélectionner les plantes et les arbres les plus résilients ; soutenir les projets d’irrigation, d’adduction et de réservoir d’eau : réduire les émissions de méthane et d’ammoniac notamment par la production de biogaz ; encourager  les circuits courts et la consommation locale ;  renforcer la forêt protectrice ; promouvoir le bois-énergie et le bois-construction ; lutter contre les plantes néophytes et les organismes nuisibles ;
  • Stratégie énergétique cantonale visant à l’exemplarité, à l’efficience énergétique et au développement des nouvelles énergies renouvelables ; révision de la loi sur l’énergie ; Programme Bâtiments revisité ; mesures d’adaptation pour le tourisme dans les Préalpes ou, encore, promotion de la Fondation Carbon Fri ;
  • Adaptation de l’organisation des forces de sécurité (police, sapeurs-pompiers, protection civile) ; mesures fiscales spécifiques pour les véhicules électriques, hybrides et à hydrogène ; mesures de protection contre les dangers sur les bâtiments et le territoire ; bio et permaculture au domaine de l’Etablissement de détention fribourgeois, site Bellechasse ;
  • Sensibilisation large des partenaires des domaines santé et social ainsi que de la population lors de canicules ; coordination du suivi relatif à l’apparition du moustique tigre avec les autres services concernés.

Un cadre légal devra être rapidement fixé, soit par le biais d’une loi-cadre, soit par la modification de lois existantes. Des propositions seront faites dans le cadre du Plan Climat. Le Conseil d’Etat va examiner l’opportunité de mettre en place un fonds spécifique pour le climat, en tenant compte des objectifs et des moyens d’autres fonds existants, en complément aux dépenses de fonctionnement liées à la politique climatique qui sont adaptées en fonction des objectifs du Plan Climat. Ce fonds pourrait permettre à la fois de renforcer les activités liées à la mise en place du Plan Climat et d’encourager les investissements pour réduire les émissions de CO2.