Pollution au diesel : la phase de remise en état du bassin de rétention à Givisiez a débuté

3 Décembre 2019 -12h53

Suite au déversement de plus de 45'000 litres de diesel depuis le Centre de maintenance et d’exploitation des TPF à Givisiez le 13 novembre dernier, les importants travaux de dépollution avancent. L’état du ruisseau du Tiguelet s’est amélioré et la phase de remise en état du bassin de rétention de Givisiez a débuté. Les forces d’intervention, coordonnées par l‘Etablissement cantonal d’assurance des bâtiments (ECAB), ne sont plus engagées sur le terrain. La suite des travaux est reprise par une task-force des TPF, supervisée par l’Organe cantonal de conduite (OCC) et le Service de l’environnement (SEn).

Le bassin de rétention à Givisiez
Le bassin de rétention à Givisiez © Tous droits réservés

Les importants travaux de dépollution, qui ont été entrepris à la suite du déversement de plus de 45'000 litres de diesel depuis le Centre de maintenance et d’exploitation des TPF à Givisiez le 13 novembre dernier, avancent et vont se poursuivre ces prochaines semaines.

Assainissement du ruisseau du Tiguelet
Le lit et les berges du ruisseau du Tiguelet ont été nettoyés consciencieusement par les sapeurs-pompiers durant le week-end du 23 et 24 novembre 2019. Une partie des hydrocarbures présents dans le cours d’eau a ainsi pu être retirée. L’état général du ruisseau s’est amélioré ; des traces résiduelles d’hydrocarbures
pourraient toutefois continuer à apparaître durant les prochaines semaines. C’est pourquoi plusieurs barrages flottants sont maintenus jusqu’en amont du lac de Schiffenen. De nouvelles actions de nettoyage seront entreprises lorsque les conditions météorologiques redeviendront plus clémentes.

Bassin de rétention de Givisiez
Le bassin de rétention de Givisiez a été fermé hermétiquement afin que la pollution y reste contenue. Un bypass installé permet de capter les eaux propres en amont du bassin afin de les déverser en aval.

Depuis le 29 novembre 2019, la phase de remise en état du bassin a débuté. Une installation de traitement des eaux, adaptée et performante, contribue efficacement à l’évacuation du diesel. Le diesel restant en surface, un niveau d’eau minimum est volontairement maintenu dans le bassin de rétention afin d’éviter les risques de pollution des sols. Une partie de la végétation souillée a été évacuée. Les berges du bassin seront progressivement assainies.

Surveillance des zones touchées
Les zones situées en amont et en aval du bassin de rétention sont en grande partie assainies, mais cela ne signifie pas qu’elles sont définitivement dépolluées. Elles demeurent sous surveillance et le Service de l’environnement (SEn) continue à prélever et à analyser des échantillons.

Actions de renaturation
L’analyse par le Sen, sur l’impact à long terme concernant les fonds et les berges du bassin de rétention et les cours d’eau touchés par la pollution, est en cours. Leur renaturation prendra plusieurs mois.

Fin de l’engagement des forces d’intervention sur le terrain
Les forces d’intervention, en l’occurrence les sapeurs-pompiers, la PCi et la Police cantonale, ne sont désormais plus engagées sur le terrain. Les travaux de dépollution sont confiés à une task-force dirigée par les TPF. Cette dernière est constituée d’un bureau d’ingénieurs, d’une entreprise de génie civile et de plusieurs entreprises spécialisées. Une structure restreinte de l’OCC assure le suivi opérationnel. Le SEn- SAPO (Service d'Assistance en cas de Pollution) valide les différentes actions de dépollution. Les sapeurspompiers restent alarmables en cas de nécessité.

L’enquête se poursuit
L’enquête conduite par le Ministère public se poursuit. Pour l’heure, les éléments recueillis ont permis d’établir qu’un défaut technique serait vraisemblablement à l’origine de cette importante fuite. Aucun autre élément sur l’enquête n’est en l’état communiqué.

Actualités liées