Statistiques sur la criminalité, la sécurité publique et la sécurité routière : Bilan 2018 réjouissant

26 Mars 2019 -10h20

L’année 2018 confirme une stabilisation des chiffres de la criminalité. Face à des affaires et des modes opératoires de plus en plus complexes, le travail de la police s’adapte aux évolutions et son activité reste soutenue. Afin de maintenir le bas niveau de criminalité, la police mise sur l’anticipation de nouveaux phénomènes et l’intensification de ses efforts en matière de prévention.

Bilan 2018 Police cantonale Fribourg
Bilan 2018 Police cantonale Fribourg © Tous droits réservés

Tendances générales
Après une tendance à la baisse des infractions dites « classiques » depuis 2011, on observe une stabilisation des chiffres dans le canton de Fribourg en 2018. Les infractions au patrimoine (-1%), qui représentent les trois quarts des infractions au code pénal, contribuent grandement à cette stabilisation.
La cybercriminalité, quant à elle, poursuit sa progression et reste une préoccupation de la Police cantonale.
Le nombre d’affaires en lien avec les mineurs est en baisse, mais l’activité en relation avec les jeunes s’intensifie, et devient de plus en plus sensible et complexe.
Malgré un nombre d’accidents de la circulation en baisse de 9%, la délinquance routière est toujours présente. Neuf personnes décédées sont à déplorer sur les routes fribourgeoises.

Des préjudices importants en matière de cybercriminalité
Alors que la criminalité « classique » tend à se stabiliser, la cybercriminalité enregistre une augmentation des plaintes (+23%) et des montants préjudiciables, qui passent de CHF 1'300'000.- à plus de CHF 2'000'000.-. Si le phénomène des « money mules » représente 200 des 485 plaintes déposées (soit 42%), le préjudice financier se monte à CHF 196'000.-. A contrario, le butin du phénomène dit du « romance scam » se chiffre à près de CHF 1'290'000.- pour seulement 24 plaintes déposées, dont une pour un montant de CHF 600'000.-.
De nombreux éléments compliquent les enquêtes en matière de cybercriminalité, comme notamment les modus toujours plus complexes des auteurs, leur facilité d’accès à des données privées et leur garantie d’anonymat. Dans ce domaine, la prévention reste l’une des armes les plus efficaces.

Légère baisse du nombre de prévenus mineurs, évolution de la violence
La police note que la majorité des mineurs du canton se comporte bien. En adéquation avec la tendance suisse, une légère baisse du nombre des prévenus mineurs est constatée (-3%). Toutefois, la brigade des mineurs ainsi que les spécialistes de la prévention ont pu ressentir, auprès d’une minorité de la jeune génération, une augmentation du degré de violence sur le plan physique (bagarres, comportements violents envers les institutions), mais aussi sur le plan verbal (virulence dans les discussions, harcèlement, humiliation, exclusion sur les réseaux sociaux). Ces formes de violences ne font pas toujours l’objet d’un dépôt de plainte.

Augmentation de l’activité de la police et des engagements au profit de la société
Alors que le nombre d’infractions, notamment celles liées à des actes d’ordre sexuel, sont en baisse, les interventions dans le cadre judiciaire, plus particulièrement celles qui ont trait aux moeurs et maltraitance, ont augmenté de 23.5% (74 cas supplémentaires). Si l’activité s’est intensifiée, elle s’est aussi complexifiée, en donnant lieu à un important travail de prise en charge des victimes et de relations avec les services partenaires.
L’accompagnement, l’écoute active et la prise en charge des personnes lésées et en difficulté font partie intégrante du travail quotidien de la Police cantonale. Chaque intervention, par exemple lors de cas de violences domestiques, demande un soutien particulier aux victimes ainsi qu’une coordination avec les services compétents. Les annonces de disparition de personnes, en augmentation de 21%, ne sont pas prises à la légère. Elles font toutes l’objet d’une appréciation et nécessitent un minimum de vérifications et de mesures à prendre.

Sécurité routière : baisse des accidents
Bien que nous soyons toujours plus nombreux sur les routes fribourgeoises (+2% de véhicules), le nombre d’accidents a reculé de 9% (1088) pour atteindre le chiffre le plus bas depuis 1961. Ce nouveau record est corrélé avec la baisse des accidents ayant causé des dégâts matériels (-127). Cependant, nous déplorons 2 morts de plus sur les routes (8 accidents ont coûté la vie à 9 personnes) et 695 blessés (+ 3.6%), dont 99 dans un état grave. L’une des principales causes des accidents est à chercher du côté de l’état du conducteur (145 sous l’influence de l’alcool et 79 sous l’influence de stupéfiants), puis dans le refus de priorité (186 accidents). Une vitesse inadaptée a été relevée dans 168 accidents.
La police a par ailleurs constaté une hausse significative de 54% du nombre d’accidents impliquant des cyclistes. Des conditions météorologiques favorables, combinées au regain d’intérêt que connaît ce moyen de locomotion, sont les raisons susceptibles d’expliquer cette augmentation.

La prévention, une action essentielle
Les chiffres de la criminalité sont encourageants, mais la Police reste attentive aux évolutions des phénomènes et poursuit une activité soutenue. Que ce soit au niveau de la sécurité routière, de la criminalité ou encore de la sécurité publique, l’expérience démontre que la prévention représente un bras de levier important pour la Police cantonale. En marge d’une présence policière assidue, plusieurs actions de prévention et de sensibilisation sont d’ores et déjà prévues pour cette année, notamment au profit des usagers de la route les plus exposés et en matière de cybercriminalité.

Pour plus d’informations :
https://www.fr.ch/pol/institutions-et-droits-politiques/statistiques/statistiques-criminalite-et-circulation

Actualités liées