En cas de difficultés financières passagères, d'une volonté de désendettement, de cessation d'exploitation ou de reconversion professionnelle, des aides aux exploitations paysannes sont possibles.

Aides aux exploitations
Aides aux exploitations © Tous droits réservés

A titre d'aide aux exploitations paysannes (AEP), diverses mesures sont possibles.

Difficultés passagères
Des prêts sans intérêts sont possibles pour remédier à des difficultés financières pour lesquelles l'exploitant ne peut être tenu pour responsable. Il pourrait s'agir de cas de pertes de rendement dû aux conditions climatiques ou à une maladie du bétail, des dépenses extraordinaires imprévues, de réorganisation de l'entreprise, etc.
Des manques de trésorerie chroniques ne peuvent faire l'objet d'une demande.

Conversion de dettes
Des prêts sans intérêts sont possibles pour remplacer des prêts coûtant intérêt. La mesure visant un désendettement de l'agriculture, un remboursement rapide du prêt sera exigé.
L'entrée en matière ainsi que le montant du prêt dépendront du niveau actuel des dettes coûtant intérêts, ceci en relation à la valeur de rendement.

Cessation d'exploitation
En cas de cessation d'exploitation, des soldes de prêts de crédits d'investissement peuvent être convertis en prêts AEP. Cette mesure n'est possible qu'à condition que les terres de l'exploitant soient vendues ou cédées en location 12 ans au moins.

Reconversion professionnelle
Des contributions à fonds perdu sont possibles pour des exploitants qui souhaiteraient quitter l'agriculture et accomplir une nouvelle formation. Les aides peuvent être d'une part une participation aux frais de formation et d'autre part des contributions aux coûts de la vie durant la période de formation.
Cette mesure n'est possible qu'à condition que les terres de l'exploitant soient vendues ou cédées en location 12 ans au moins.

Document

Actualités liées