La signature énergétique traduit la sensibilité au froid d'un bâtiment, et permet de repérer des problèmes de chauffage autrement inaperçus.

Utilité de la signature énergétique

La signature énergétique traduit la sensibilité au froid d'un bâtiment, et permet de repérer des problèmes de chauffage autrement inaperçus

Plus il fait froid à l'extérieur, plus la puissance de chauffage doit être élevée pour maintenir la même température à l'intérieur. La signature énergétique est une méthode qui consiste à représenter sur un graphique - idéalement semaine après semaine - la consommation d'un bâtiment en fonction des degrés-jours. Si le chauffage fonctionne bien, les points du graphique tendent à s'aligner sur une ligne droite (la droite de référence). Plus cette droite est pentue, et plus le bâtiment est sensible au froid.

Exemple
Signature énergétique
Signature énergétique © Tous droits réservés
Signature énergétique

Ce graphique présente la signature énergétique du bâtiment pour l'année 2015, autrement dit sa consommation d'énergie de chauffage en fonction des degrés-jours. Chaque point correspond à un relevé hebdomadaire de la consommation. On constate qu'un point se situe bien au-dessus de la droite de référence: durant quelques jours, la consommation a été anormale par rapport à la météo du moment. Grâce à la signature énergétique, l'anomalie a été détectée dès que le relevé hebdomadaire a été introduit dans ConsoBat, calculateur gratuit, ce qui a permis de corriger le problème.

Pour bien interpréter la signature énergétique, on regarde comment les points du graphique sont positionnés par rapport à la droite de référence. Lorsqu'un point (ou un groupe de points) sort de l'axe, il vaut la peine de se demander pourquoi. Dans certains cas, il suffit de mieux régler l'installation de chauffage, ce qui permettra des économies d'énergie. Dans d'autres cas, il faudra investiguer plus avant pour comprendre les raisons de ces anomalies. L'interprétation de la signature énergétique permet notamment de:

  • Repérer rapidement une anomalie de consommation (dès le relevé hebdomadaire du compteur de chaleur).
  • Repérer de mauvais réglages de l'installation de chauffage.
  • Estimer la puissance de chauffage vraiment nécessaire au bâtiment, et constater si l'installation en place est surdimensionnée.
  • Prévoir l'évolution de la consommation d'énergie de chauffage.
  • Quantifier l'efficacité réelle des mesures prises pour économiser l'énergie (isolation, changement de fenêtres, réglages, etc.)
  • Calculer la valeur de l'indice de dépense d'énergie du bâtiment.

* Les degrés-jours ne sont pas calculés dans toutes les régions d'Europe de la même façon. En Suisse, on applique la méthode de la SIA (Société suisse des ingénieurs et des architectes), et on parle des "degrés-jours 20/12" (20°C à l'intérieur / 12°C de température moyenne extérieure comme limite de mise en route du chauffage).

Actualités liées