Les sangliers sont responsables de la plupart des dégâts causés par la faune sauvage à l’agriculture. Ils labourent les pâturages et les champs cultivés à la recherche de protéines (vers blancs). Les dégâts causés aux cultures comme le blé, le maïs, les pommes-de-terre ainsi qu‘aux cultures maraîchères sont particulièrement importants. Les cerfs, les chamois et les chevreuils peuvent aussi causer des dégâts.

Dégâts sanglier
Service des forêts et de la faune © Tous droits réservés
Les dégâts du sanglier

Le canton de Fribourg indemnise chaque année entre 50 et 200'000 CHF de dégâts causés par la faune sauvage. En 2018, environ 160'000 CHF ont été versés pour des dégâts causés par les sangliers dans les SAU.

 

Les dégâts causés par la faune sauvage ne sont bien sûr pas répartis de manière homogène sur le territoire, mais sont concentrés principalement sur les  champs facilement accessibles par les sangliers (proximité des habitats, bonne couverture) ou qui offrent une nourriture particulièrement intéressante pour la saison. Ces champs doivent être clôturés. Le Service des forêts et de la faune coordonne la mise en place des clôtures autour des champs situés le long de la rive sud du lac de Neuchâtel. 

Chaque année, afin de maintenir les dégâts à l’agriculture à un niveau acceptable, plusieurs prélèvements sont effectués au sein des populations de sanglier. Ces prélèvements sont réalisés sans mettre en danger ces mêmes populations. Vous trouverez un récapitulatif des prélèvements classés par cause de mortalité ci-dessous. De manière générale les tirs sanitaires et les tirs sur dégâts sont effectués par les gardes-faune.

  01.04.2013 31.03.2014 01.04.2014 31.03.2015 01.04.2015 31.03.2016 01.04.2016 31.03.2017 01.04.2017 31.03.2018 01.04.2018 31.03.2019
Chasse 61 105 120 97 121 120
Gibier péri 26 24 31 20 41 27
Tirs sanitaires 0 2 15 4 18 8
Tirs sur dégâts 29 27 41 45 73 56
Total 116 158 207 166 253 211

D’autres espèces animales sauvages que les sangliers peuvent occasionner des dégâts. Le chevreuil, en fin gourmet, cause ainsi parfois des dégâts aux vignes, aux champs de tabac ou aux cultures maraichères, et la forêt peut également subir des dégâts, en particulier lorsque d’importantes concentrations de cerfs y trouvent refuge. Il est généralement possible de remédier à ces problèmes en améliorant la répartition des cerfs ou en procédant au tir, par un garde-faune, des individus „spécialisés“  dans ce genre de dégât.

Actualités liées