Toutes les espèces d'amphibiens et de reptiles sont protégées au niveau fédéral (art. 20 OPN et annexe 3 OPN).

De couleur grise, le Crapaud accoucheur (appelé aussi Alyte de son nom latin Alytes obstetricans) mesure à peine 3.5 à 5 cm. Il porte les caractères typiques des crapauds, à savoir une peau verruqueuse et de courtes pattes. Ce sont ses yeux dorés à pupilles verticales qui le distinguent du Crapaud commun (yeux oranges à pupilles horizontales), la plus grande espèce de nos crapauds indigènes. Il se démarque du Sonneur à ventre jaune, autre crapaud de petite taille presque semblable, par le fait précisément que ce dernier présente un ventre jaune typique alors que la face inférieure du Crapaud accoucheur est blanchâtre.

Crapaud accoucheur
Crapaud accoucheur © Tous droits réservés - Adrian Aebischer
Crapaud accoucheur - Adrian Aebischer
Crapaud accoucheur - Adrian Aebischer © Tous droits réservés
Crapaud accoucheur - Adrian Aebischer

Lorsque plusieurs mâles laissent entendre en même temps leurs appels flûtés, le chœur entendu de loin fait penser aux tintements de clochettes ou même à une sorte de carillon discret (d’où le nom allemand de Glögglifrösch). Les adultes ne se laissent voir pratiquement qu’au crépuscule et pendant la nuit; les têtards sont visibles aussi de jour dans leurs habitats aquatiques. 

Une notice (téléchargeable en bas de la page) relative à la biologie de l’animal et aux possibilités de lui venir en aide est à votre disposition. Vous pouvez également la commander auprès du SNF.

Mode de vie

Le Crapaud accoucheur se distingue par son mode de reproduction unique et remarquable. Les femelles sont attirées par les appels des mâles pendant les heures du soir et de la nuit de mi-avril au mois d’août. L’accouplement a lieu sur terre ferme. Après une phase de stimulation, le couple forme une sorte de berceau avec leurs pattes postérieures ; les œufs pondus par la femelle seront recueillis dans cette petite corbeille et fécondés par la semence du mâle. 

Cela fait, le mâle entortille le cordon de ponte renfermant 30 à 70 œufs autour des talons de ses pattes postérieures. L’opération peut se répéter pendant quelques nuits et le mâle peut se charger de plusieurs pontes (il n’est pas rare de rencontrer des mâles portant jusqu’à trois pontes). Il va les transporter avec lui pendant 20 à 45 jours. Il veille à leur offrir un microclimat correct (humidité et température) en fréquentant uniquement certaines caches appropriées. Lorsque les œufs sont prêts à éclore, le mâle se rend à un point d’eau. C’est là, au contact de l’eau, que les petits têtards vont quitter les œufs.

En fonction de la température, de l’abondance de nourriture et du moment de leur sortie de l’œuf, les têtards vont soit se métamorphoser en petits crapauds terrestres à l’automne encore soit attendre l’été suivant pour quitter le milieu aquatique. Les têtards hivernant peuvent atteindre une taille de 9 cm et sont de ce fait les plus imposants de toutes nos espèces de batraciens indigènes.

Crapaud accoucheur - Adrian Aebischer
Crapaud accoucheur - Adrian Aebischer © Tous droits réservés
Crapaud accoucheur - Adrian Aebischer
Répartition dans le canton de Fribourg
Carte de répartition
Carte de répartition © Tous droits réservés
Carte de répartition

Le Crapaud accoucheur est présent essentiellement le long de la Petite Sarine, entre le barrage de Rossens et le lac de Pérolles. Ceci représente le seul site de reproduction naturel du canton de Fribourg.

Ailleurs il est présent dans certaines gravières ou biotopes humides.

Liste des sites actuellement connus:

  • Corpataux-Magnedens, La Tuffière
  • Corpataux-Magnedens, Vurzy
  • Rossens, Les Cases
  • Marly, La Léchire
  • Hauterive, Froideville
  • Farvagny, Chaney
  • Châbles, Les Saus
  • Murist, Tour de la Molière
  • Prez-vers-Noréaz, Sous Chafeiru
  • Ecublens, Vuibroye
  • Sarine entre Rossens et Fribourg
Menaces

En Suisse, le Crapaud accoucheur était relativement fréquent par endroits, mais il accuse depuis quelques années un recul préoccupant sur l'ensemble du territoire. Il est donc considéré comme menacé.

La destruction et la transformation de nombreux biotopes, comme par exemple la correction des cours d'eau naturels ou l'embroussaillement des rives avec comme conséquence un manque de luminosité, sont les facteurs principaux de cette diminution alarmante.

Il est prouvé que l'empoissonnement de certains points d'eau est aussi à la base de plusieurs cas de disparition de l'espèce.
 
Une partie du recul constaté ne peut cependant pas être expliquée sur la base des connaissances actuellement disponibles, car tous les biotopes n'ont pas été modifiés. Compte tenu de la longue durée de vie de l'animal, une baisse de sa population ne peut en général être constatée qu'avec un certain retard seulement. De plus, les nouvelles colonisations ne se réalisent que lentement, car le Crapaud accoucheur affiche une mobilité restreinte. 

Crapaud accoucheur- Adrian Aebischer
Crapaud accoucheur- Adrian Aebischer © Tous droits réservés
Crapaud accoucheur- Adrian Aebischer
Protection du Crapaud accoucheur

Voici quelques conseils pour venir en aide au Crapaud accoucheur:

  • créer de nouveaux plans d'eau sans poissons.
  • maintenir les murs de pierre non jointoyées et ensoleillés.
  • dégager les talus ensoleillés (limiter l'embuissonnement et empêcher l'ombre).
  • ni détruire ni transformer les réserves d'incendie et autres points d'eau en mares à poissons et à canards.
  • conserver et aménager des structures servant d'abris (tas de bois, de sable et de pierre, fissures et cavités sous les dalles de pavement, etc.).
  • maintenir les plans d'eau dans les gravières.

Vous pouvez contribuer à la protection du Crapaud accoucheur: signalez-nous les endroits où l'animal est présent ou a été présent!

Chant

Les mâles commencent à chanter dès la mi-avril pour attirer les femelles. Leur chant est mélodieux, flûté, ressemblant au tintement de suaves clochettes.

 

Annoncez vos observations dans le canton de Fribourg!

   Où y a-t-il encore des Crapauds accoucheurs dans notre canton ?
   Où avez-vous entendu le chant ou observé l’animal ?

Dans quel point d’eau avez-vous constaté la présence de têtards ?

Nous vous prions de nous communiquer vos observations effectuées dans le canton de Fribourg accompagnées des données les plus précises possibles quant à l’endroit (commune, lieu-dit, éventuellement coordonnées) et quant à la date (année, saison). Nous sommes aussi intéressés par les données anciennes, même celles qui concernent des sites détruits entre-temps.

Documents

Actualités liées