Voici quelques signes qui ne sont pas exhaustifs, mais qui, parfois conjugués peuvent faire penser à un abus sexuel :

Indices physiques

  • contusions, bleus, écorchures
  • lésions, infections persistantes (région génitale et anale)
  • grossesse chez des adolescentes (qui peuvent se montrer très évasives sur la paternité)

Indices psychologiques

  • connaissances sexuelles inhabituelles chez des enfants non pubères (vocabulaire, dessins, jeux)
  • préoccupation constante: sexualité, identité sexuelle
  • masturbation très présente
  • essai d'initiation envers d'autres enfants
  • pudeur soudaine, très forte et inexpliquée
  • changements d'habitudes
  • troubles alimentaires
  • troubles du sommeil, insomnies, cauchemars
  • douleurs abdominales
  • comportements régressifs (énurésie ou « pipi au  lit », retour de l'habitude de sucer le pouce, reprise du biberon)
  • enfant cramponné à sa mère avec régression violente du processus d'autonomie
  • refus de fréquenter certains lieux, certaines personnes
  • tendance à l'isolement
  • fuite imaginaire
  • agressivité, angoisses, colères, crises de larmes

Ce sont des symptômes qui peuvent apparaître de suite ou de manière différée, jusqu'à 3 mois après l'abus.
Persistants ou transitoires, ils dépendent d'autres facteurs, tels que la personnalité de chaque enfant, son environnement (ouverture au dialogue), etc. Cela signifie qu'un enfant peut réagir différemment qu'un autre à un abus sexuel.

En cas de doute, n'hésitez pas à contacter le Centre fribourgeois de santé sexuelle au 026 305 29 55 ou le SEJ (Service Enfance Jeunesse)

Actualités liées