Dangers naturels

5 Juin 2018 -15h29

Les dangers naturels sont toutes sources potentielles de dommage, de préjudice ou d'effet nocif à l'égard de choses ou de personnes dues aux forces de la nature.

Les dangers naturels varient d’une région à une autre en fonction des sols, des sous-sols, du relief ou encore du climat. Pour le Canton de Fribourg, les dangers suivant ont été retenus lors de l’analyse des risques:

Séismes

Dangers naturels: Séismes

Présentation

La croûte terrestre se compose de plusieurs grandes plaques tectoniques et d’un grand nombre de petits fragments. Ces plaques convergent ou divergent, ou coulissent l'une par rapport à l'autre (faille transformante). D'énormes contraintes résultant des frottements de la masse rocheuse s'accumulent en permanence dans la croûte terrestre. Ces contraintes se relâchent parfois soudainement par rupture le long de faille. La cassure génère une secousse qui se propage sous forme d’ondes de pression à partir de l’hypocentre dans toutes les directions. C’est le tremblement de terre. L’épicentre est le point à la surface le plus proche de la source. L’énergie des ondes y est encore forte (selon la profondeur) et les dégâts sont dans plus importants.

La terre bouge plus souvent que l’on ne pense. Des petits tremblements de terre, de magnitude 3 ou moins sur l'échelle de Richter, se produisent plus d'une centaine de fois quotidiennement. Les séismes de très grande magnitude, 7 ou plus, surviennent environ 10 fois par an. Cependant la majorité de ces séismes ne sont pas perçus, une grande partie des limites de plaques étant dans les océans ou dans des régions peu peuplées.

Dangers

Le principal danger lié aux séismes est les vibrations horizontales et verticales qui peuvent, selon leur intensité, endommager les bâtiments et les infrastructures.

Pour la population, l’effondrement de bâtiments ainsi que les chutes d’éléments suspendus (faux-plafonds, ventilations, tuiles,…) et le renversement d’armoires ou étagères sont la menace la plus sérieuse lors d’un séisme.

Les séismes sont également à l’origine de pertes économiques majeures à cause des nombreux dommages aux bâtiments et infrastructures qu’ils occasionnent, mais également à cause de l’arrêt de l’activité économique suite au séisme.

Pour l’environnement enfin, les séismes peuvent causer des éboulements, des glissements de terrains ou encore la liquéfaction des sols. Des pollutions des sols et des eaux peuvent également survenir en raison d’accidents industriels.

Dangers subséquents:

  • barrages
  • élévation de la radioactivité
  • installations stationnaires
  • grands incendies
  • pannes de réseau électrique
Définitions

Aléa
L’aléa sismique est la probabilité, pour un lieu donné et une intensité donnée, d’occurrence d’un séisme durant une période donnée.

Épicentre / hypocentre
L’épicentre est la projection à la surface de la Terre de l'hypocentre, le point où prend naissance la rupture, respectivement le foyer du séisme.

Intensité
L’intensité indique les effets d'un séisme à un endroit donné. Elle se mesure sur l’échelle EMS (anciennement MSK) qui comporte 12 niveaux représentés par des chiffres romains: De I, pas ressenti, à XII, destruction totale. A partir de VI, des dégâts notables sont à déplorer.

Magnitude
La magnitude M est une mesure de l’énergie libérée au foyer lors d’un séisme. Elle se mesure sur l’échelle ouverte de Richter. Des dégâts sont possibles à partir de M=4 et de graves conséquentes sont à craindre dès M=5. L’échelle de Richter est logarithmique et entre chaque unité, une énergie 32 fois plus importante est développée.

Réplique
La rupture principale provoque des ruptures secondaires, en règle générale de magnitude décroissante, des répétions du séisme que l’on appelle répliques, sur une durée allant de quelques minutes à plus d'un an. Les répliques peuvent aggraver certains dégâts et compliquer la gestion de crise, elles peuvent faire s'écrouler des bâtiments qui n'avaient été qu'endommagés, alors que les secours sont à l'œuvre.   

Compétences

La protection en cas de tremblement de terre s’appuie sur deux principes: la prévention et l’intervention en cas de catastrophes. Dans ce cadre les tâches imparties aux différents acteurs étatiques ont été réparties comme suit:

Confédération:

  • Surveillance sismique et appréciation de l’aléa (SED)
  • Sécurité de ses propres ouvrages
  • Approbation de certains projets d’infrastructures
  • Surveillance des grands barrages et centrales nucléaires
  • Soutien à l’intervention en cas d’évènement

Cantons / Communes:

  • Détermination de l’aléa local (cartes de sol de fondation / microzonages)
  • Sécurité de leurs propres ouvrages
  • Législation sur les constructions (cantons) et permis de construire (communes)
  • Gestion de l’intervention et de la reconstruction en cas d’évènement
Exemples historiques

2016, Amatrice (I)
Le 24 août 2016 à 1 h 36 min 33 s, un séisme de magnitude 6.2 secoue l'Italie centrale. Il cause la mort de 298 personnes, dont 234 rien qu'à Amatrice et fait près de 400 blessés.

2013, St-Gall
Un forage géothermique à St-Gall a provoqué un séisme de magnitude 3,6. Aucune victime ni aucun dégât n’est à déplorer.

2011, Japon
Le séisme, de magnitude 9, survenu au large du japon entraina un tsunami qui a été à l’origine de plus de 18'000 morts ainsi que de la catastrophe de Fukushima.

2009, L'Aquila (I)
Ce séisme de magnitude de 6.3, survenu le 6 avril 2009 à 3 h 32 min 42 s heure locale dans le centre de l'Italie, est le plus grave depuis celui de l'Irpinia en 1980. De très nombreux bâtiments ont été détruits ou fortement endommagés. Le bilan définitif fait état de 308 morts.

1994, Etats-Unis
Le 17 janvier, un séisme de magnitude 6,7 secoua Los Angeles et ses environs. Il entraina la mort de 76 personnes et blessa plusieurs milliers d’autres. Les dommages matériels s’élevèrent à environ 30 milliards de dollars.

1960, Chili
Le plus grand tremblement de terre jamais enregistré, d’une magnitude de 9,5, à lieu au chili. Le tremblement de terre ainsi que le tsunami qu’il a provoqué sont à l’origine de la mort de 3'000 à 6'000 personnes.

1885, Valais
Viège et Brigue sont victime d’un tremblement de terre d’une magnitude supérieur à 6. Un mort, de nombreux blessés et bâtiments endommagés sont à déplorer. L’intensité du séisme est évaluée à VI à Fribourg et à Bulle.

1356, Bâle
Tremblement de terre à Bâle de magnitude 6,5 sur l’échelle de Richter. Son intensité EMS98 était, à Bâle de IX et de VII à Fribourg. Ce séisme causa la mort d’environ 300 personnes ainsi que de nombreuses destructions.

Situation actuelle

Les derniers séismes sont illustrés sous:

Situation actuelle

Recommandations de comportement

Les tremblements de terre sont impossibles à prévoir. Des moyens simples permettent cependant de réduire les conséquences et dommages possibles.

Comportement avant un séisme:

  • Une construction parasismique offre la meilleure protection face aux conséquences d’un tremblement de terre. Elle a pour objectif prioritaire d’éviter l’effondrement d’un bâtiment entraînant des pertes de vie et des blessés.
  • Outre la construction parasismique, la souscription d’une assurance tremblements de terre constitue une possibilité supplémentaire de réduire le risque (financier) personnel.
  • Fixer les objets qui peuvent, en raison des secousses, être endommagés et/ou chuter et causer ainsi des blessures. En font par exemple partie les revêtements de plafonds, les étagères et leurs contenus, les téléviseurs, les installations stéréo et les éclairages.

Comportement pendant un séisme:

  • À l’intérieur des bâtiments
  • Se mettre à l’abri (par exemple sous une table solide) et garder son calme.
  • Prendre garde aux objets qui chutent ou se renversent (par exemple étagères, meubles lourds, téléviseurs et installations stéréo, éclairage) et éviter la proximité des fenêtres et des baies vitrées, celles-ci pouvant se briser.
  • Ne quitter le bâtiment que lorsque les environs sont sûrs (par exemple après la chute d’objets tels que des tuiles).
  • À l’extérieur
  • Rester à l’extérieur, ne pas se réfugier dans un bâtiment.
  • Éviter la proximité de bâtiments, de ponts, de pylônes électriques, de grands arbres et d’autres objets susceptibles de s’effondrer ou de chuter.
  • S’éloigner des plans d’eau.
  • Dans un véhicule
  • Arrêter le véhicule et ne pas le quitter pendant la durée du séisme.
  • Eviter les ponts, les passages souterrains, les tunnels et la proximité des bâtiments situés au bord de la route (risque d’effondrement).

Comportement après un séisme fort:

  • S’attendre à des répliques sismiques.
  • Examiner les bâtiments pour déceler les dommages. Quitter les bâtiments en cas de dommages importants. (Il se peut que le bâtiment soit menacé d’effondrement et qu’il ne résiste pas à un autre séisme)
  • Contrôler les conduites de gaz, d’eau et d’électricité et les couper en cas de doute.
  • S’informer par la radio ou la télévision.
  • Suivre les instructions des forces d’intervention.
  • Ne téléphoner qu’en cas d’urgence. (Garder le réseau libre pour les véritables urgences.)

Actualités liées