Conjoncture fribourgeoise - nouvelle édition

Tableau de bord trimestriel de l'économie fribourgeoise, spécialement destiné aux milieux économiques du canton

Conjoncture fribourgeoise
Conjoncture fribourgeoise © Tous droits réservés

Indicateurs : août 2019

Ces indicateurs résument les principaux résultats du test conjoncturel du KOF dans l’industrie et dans le commerce de détail. Ils présentent aussi une vue d'ensemble des tendances conjoncturelles dans le commerce extérieur, le marché du travail, la construction et la consommation.

Indicateurs ensemble de l'industrie - août 2019
Indicateurs ensemble de l'industrie (suite) - août 2019
Indicateurs commerce de détail et international - août 2019
Indicateurs marché du travail et autres - août 2019
Autres indicateurs - août 2019
Indicateurs ensemble de l'industrie - août 2019
Indicateurs ensemble de l'industrie (suite) - août 2019
Indicateurs commerce de détail et international - août 2019
Indicateurs marché du travail et autres - août 2019
Autres indicateurs - août 2019
Légende
Explications légende
Explications légende © Tous droits réservés
Explications légende
Commentaire

Reprise difficile pour la croissance mondiale

Le Fonds monétaire international a revu à nouveau à la baisse ses prévisions pour la croissance mondiale. Il l’estime à 3,2% en 2019 et à 3,5% en 2020 (respectivement 0,3 points et 0,1 point en moins que les dernières prévisions). Cela s’explique par une escalade des tensions qui opposent les Etats-Unis et la Chine, l’incidence du Brexit et la montée de tensions géopolitiques, sans parler des troubles à Hong Kong et de la crise politique en Italie, dont les conséquences sont encore à venir. On assiste à une anémie des dépenses à la fois des entreprises et des ménages. La croissance mondiale en 2020 dépendra de la résilience des pays émergents et en développement et de la capacité du système international à résoudre les différends commerciaux par des accords ou des réglementations.

Retour du franc fort

Dans son rapport de juin dernier, le Groupe d’experts de la Confédération se montrait encore relativement optimiste pour l’économie suisse et ajustait sa prévision de croissance réelle pour 2019 légèrement à la hausse (1,2% au lieu de 1,1% en mars), en maintenant une prévision à 1,7% en 2020. Mais ce rapport faisait aussi état de risques qui ne se sont pas apaisés depuis juin, bien au contraire. On doit vraisemblablement s’attendre à un ajustement à la baisse lorsque ces mêmes experts livreront leur prochain rapport en septembre prochain. Le contexte international entraîne à la fois des incertitudes quant à la santé économique des clients et partenaires internationaux de l’industrie suisse et aussi une pression à la hausse sur le franc. Depuis mai, l’euro n’a cessé de se déprécier par rapport au franc suisse. Les avoirs à vue de la BNS sont à la hausse, ce qui suggère qu’elle intervient probablement sur le marché des changes pour empêcher le franc de s’envoler, à défaut de baisser encore son taux d’intérêt sur les avoirs en compte de virement, déjà négatif. Cette situation ne pourra pas durer et pourrait bien être une source d’inquiétude pour l’industrie suisse d’exportation et pour toute industrie exposée à la concurrence internationale.

Fribourg: une situation loin d’être resplendissante

Les indicateurs de situations du KOF se sont tous assombris au cours de ce trimestre. On constate une détérioration de la situation des affaires et des entrées de commandes, accompagnée d’une baisse du taux d’utilisation des capacités de production. L’indicateur de l’emploi se montre sensiblement dans le rouge et fait également état de surcapacités, cela de façon plus marquée dans le canton que dans l’ensemble de la Suisse. Pourtant, les indicateurs de perspectives se maintiennent au niveau du trimestre précédent, ce qui laisse entendre que les répondants à l’enquête KOF sont d’avis que la détérioration actuelle pourrait être passagère. Le taux de chômage dans le canton demeure bas, même si son évolution récente est moins favorable qu’au niveau fédéral. La croissance démographique fribourgeoise s’est encore affaiblie ces derniers mois. Ce coup de frein affecte logiquement la croissance de la consommation, en particulier dans les branches qui sont directement dépendantes de la démographie, comme la construction de logements. Malgré tout, pour l’instant, on ne constate pas de baisse significative d’activité dans la construction. Les autorisations de construire restent à peu près au même niveau. Il faut dire que les taux hypothécaires sont très bas et qu’il n’y a pas beaucoup d’alternatives de placements sûrs et rentables pour les épargnants…, une situation qui n’est pas sans risque. Le marché de l’immobilier de rendement inquiète d’ailleurs la BNS, qui a déclaré en juin dernier « examiner régulièrement s’il y a lieu d’adapter le volant anticyclique de fonds propres ».

Sources

Fonds monétaire international (FMI), BNS, Office fédéral de la statistique, Administration fédérale des douanes, Seco, Centre de recherches conjoncturelles de l’EPF de Zurich, Institut Créa d'économie appliquée de la Faculté HEC de l’Université de Lau-sanne, Service public de l'emploi du canton de Fribourg, Service de la statistique du canton de Fribourg

Actualités liées