Démographie fribourgeoise : ralentissement confirmé

21 Avril 2016 -09h15

Selon les chiffres provisoires de l'Office fédéral de la statistique (OFS), le canton de Fribourg a enregistré un net ralentissement de sa croissance démographique en 2015. De 2,1% en 2013 et 1,9% en 2014, la croissance de la population résidante permanente du canton est passée à 1,3% seulement en 2015. Bien que ce chiffre reste supérieur à la moyenne suisse, le ralentissement fribourgeois est bien plus marqué que celui qu'on observe au niveau national. Pour l'ensemble du pays, le taux de croissance n'a en effet baissé que de 0,1 point, passant de 1,2% à 1,1%. Ainsi, alors qu'il figurait régulièrement en tête du classement des cantons depuis 2001, Fribourg pointe désormais à la 6e place, derrière Zoug (1,7%), Vaud, Genève (1,5%), Thurgovie et Zurich (1,4%).
 

Les données provisoires publiées aujourd'hui par l'OFS ne livrent pas encore tous les détails du bilan démographique, qui seraient nécessaires pour une analyse approfondie, mais les données complémentaires dont dispose le service cantonal de la statistique (SStat) permettent d'ores et déjà d'attribuer ce ralentissement au bilan migratoire, le solde naturel (naissances, décès) étant stable par rapport à 2013 et 2014. Alors que le solde migratoire intercantonal s'est affaibli en raison d'une augmentation des départs, le solde international a reculé en raison principalement d'une baisse des arrivées. Parmi les explications possibles à ce dernier phénomène, le SStat privilégie la piste du ralentissement conjoncturel, notamment dans des secteurs où la main d'œuvre étrangère est importante, notamment dans la construction. En effet, alors que le nombre de logements terminés est demeuré stable en 2015 par rapport aux années précédentes, ce qui tend à infirmer la thèse d'un frein démographique dû à une réduction de l'offre de logements, le nombre de logements mis en chantier en 2015 a, lui,  baissé de 20% par rapport à 2014, passant de 2 506 à 1 993. Le ralentissement de la croissance de la communauté portugaise, la plus importante communauté étrangère dans notre canton, est également à relever. Son effectif a par exemple augmenté d'environ 1 250 personnes en 2014, contre 680 en 2015.

L'évolution de l'effectif des personnes en processus d'asile n'a par contre joué qu'un rôle marginal dans la croissance de la population résidante permanente, laquelle ne comprend que les personnes dont la durée du séjour en Suisse a été d'au moins un an. Entre le 1er janvier et le 31 décembre, l'augmentation de l'effectif des personnes en processus d'asile comptées dans la population résidante permanente, ne représente qu'environ 140 des 4 000 personnes supplémentaires constituant l'augmentation nette de la population résidante permanente fribourgeoise en 2015.

Il faudra attendre la fin août pour disposer des chiffres définitifs de l'OFS, qui servent de base à la détermination de la population dite légale du canton de Fribourg et sont donc déterminants pour la répartition des sièges du Grand Conseil entre les différents cercles électoraux. Selon les chiffres provisoires publiés aujourd'hui, la Singine perdrait un siège au profit de la Gruyère.

A noter que les chiffres provisoires de l'OFS confirment largement les estimations mensuelles publiées par le SStat 45 jours après la fin du mois de référence. Ces estimations sont fondées sur le Système d'information central sur la migration (SYMIC) et sur la base de données cantonale FriPers, qui est elle-même alimentée par les registres communaux des habitants. Elles sont disponibles sur le site du SStat : http://appl.fr.ch/stat_statonline/standards/etape2.asp?Tableau=218&langue=fr

Actualités liées